Mon rôle de députée

Tous les cinq ans, à la suite de l’élection du Président de la République, les électeurs sont de nouveau appelés aux urnes pour élire leur député au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire uninominal à deux tours. Chaque électeur doit élire le député de sa circonscription. Le territoire français se divise en 577 circonscriptions. Je suis pour ma part députée de la deuxième circonscription de Gironde. Bien qu’élu localement, le député exerce un mandat national. Je siège à ce titre à l’Assemblée Nationale

Les missions du député sont de trois ordres :

Notre action débute bien avant les séances de vote qui sont les moments les plus médiatiques et les plus visibles de notre travail.

Nous pouvons faire des propositions de loi ou proposer des amendements sur les projets et propositions de loi.

L’examen préalable des différents textes se déroule en commission. Chaque députée appartient obligatoirement à l’une des huit commissions permanentes de l’Assemblée. J’appartiens pour ma part à la commission des affaires sociales. 

Les membres des commissions désignent pour chaque loi l’un d’entre eux pour être rapporteur.e. Je suis rapporteur.e de la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » sur les volets « apprentissage » et « formation professionnelle ». 
J’examine à ce titre le texte initial afin de présenter un rapport à mes collègues. Pour cela je sollicite de tous les avis nécessaires (rendez-vous avec des professionnels, représentants, experts, mise en place d’ateliers etc.) et procède à des auditions. Comme tout rapporteur.e, je vais notamment rencontrer les membres des cabinets ministériels et les hauts fonctionnaires concernés. Le rapporteur.e élabore alors les amendements qu'il proposera à la commission. 
La commission étudie ensuite le texte et propose souvent divers amendements qui vont faire évoluer le texte initial avant d’être mis à l’ordre du jour et soumis au vote en séance publique.

Là encore, le texte peut être modifié par différents amendements. Nous votons alors pour chaque article avant de voter pour l’ensemble du texte en vue de l’adopter. Le texte est ensuite transmis au sénat ou le travail législatif se poursuit.

Ce contrôle s’exerce en interrogeant les ministres du gouvernement que ce soit en séance publique ou en commission. 

Nous pouvons également, si nous le jugeons utile, signer une motion de censure qui sera soumise au vote de l’ensemble des député.e.s, pour mettre en cause la responsabilité du gouvernement.

S’il est un élu de la nation et se doit donc de représenter l’intérêt général, le député est également le porte-parole de sa circonscription.

Il est un relai privilégié des acteurs socio-professionnels, des entreprises, des fédérations, mais aussi des particuliers et des associations de sa circonscription auprès des services de l’Etat.

Le député participe aux manifestations officielles dans sa circonscription ce qui lui permet de rencontrer et d’engager le dialogue avec les administrés de sa circonscription.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion