2017-2020 : trois ans d'action qui ont changé concrètement votre quotidien

Assemblée Nationale

Trois ans après notre élection en tant que députés de La République en Marche, nous avons tenu nos engagements, que ce soit celui de redonner du pouvoir d’achat, d’accélérer la transition écologique, ou d’améliorer et moderniser nos systèmes de santé, de formation et d’éducation. Toutes les réformes que nous portons et avons portées répondent à un objectif de justice sociale et d’égalité, une exigence du quinquennat. Des résultats sont déjà là et vous pouvez l’observer dans votre quotidien.

Quelques mesures concrètes de notre action pour investir dans l’égalité des chances à l’école, augmenter le pouvoir d’achat des classes moyennes, faire en sorte que le travail paie mieux, protéger les plus fragiles, lutter contre les discriminations et les violences faites aux femmes, accélérer la transition écologique, donner des qualifications et un emploi à tous nos jeunes et faciliter la vie et les projets des entreprises :

Nous oeuvrons pour l’égalité des chances dès le plus jeune âge

Nous avons réalisé un investissement inédit depuis 30 ans dans l’éducation pour donner à chaque enfant les mêmes chances de réussir et ce dès le début de leur scolarité. L’égalité des chances se joue dès le plus jeune âge !

  • Abaissement l’âge de l’instruction obligatoire de 6 à 3 ans
    25 000 enfants qui n’étaient pas scolarisés pourront désormais dès le plus jeune âge accéder à l’école maternelle et faire l’objet d’un suivi plus attentif.
     
  • Dédoublement de classes
    Le nombre d’élèves par classe a été fortement réduit et dans les zones prioritaires d’éducation (REP et REP+), les élèves ne seront pas plus de 12.
    > A Bordeaux 70 classes de CP ou de CE1 ont été dédoublées à Bordeaux dont les école Menuts, Henri IV, Nuyens, Niel, Benauge, Thiers.
     
  • Introduction des petits-déjeuners gratuits et une cantine à 1€
    Les petit-déjeuners gratuits mis en place dans les écoles REP et REP+ bénéficient à près de 200 000 enfants.

Nous avons favorisé le pouvoir d’achat et fait en sorte que le travail paie mieux :

  • Suppression de la taxe d’habitation
    80% des foyers les plus modestes ne paieront plus la taxe d’habitation en 2020, après avoir bénéficié d'un dégrèvement de 30% en 2018 et une réduction de 65% en 2019. La suppression définitive de la taxe d'habitation pour tous est prévue en 2023. Nous avons fait le choix de justice sociale en supprimant progressivement cet impôt injuste et en redonnant ainsi du pouvoir d’achat aux français.
       > A Bordeaux, pour 69 739 foyers bordelais, la taxe d'habitation a baissé de 169 euros en 2018 et de 197 euros supplémentaires en 2019.
     
  • Suppression des cotisations salariales d’assurance maladie et chômage (-3,15pts)
     
  • Diminution de l’impôt sur le revenu 
    En 2020, 17 millions de foyers vont voir leurs impôts diminuer de 300€ en moyenne par an.
     
  • Allègement des cotisations patronales
    Depuis 2019 cet allègement est de 10 points pour les salaires inférieurs à 1,6 SMIC et de 6 points au-delà jusqu’à 2,5 SMIC

 

Baisse du nombre de chômeurs

Les effets de la grande réforme du marché du travail se font déjà sentir ! De fin 2018 à fin 2019, l’emploi salarié a augmenté de 258 500 (+1%) et notamment dans l’industrie (+17.400). Le taux de chômage fin 2019 était de 8,3% (fin 2018 il était de 9,1%). Des mesures fortes ont été prises pour des effets rapides : inciter à l’embauche, investir dans la formation des salariés, des demandeurs d’emploi et des jeunes, lutter contre les recours excessifs aux contrats courts, réformer l’assurance chômage et veiller à ce que le travail paie mieux. En continuant à adapter le marché du travail à la réalité de l’offre et de la demande nous gagnerons la lutte contre le chômage.

Nous avons protégé les plus fragiles

Nous avons lancé de nouveaux dispositifs pour protéger les Français les plus fragiles.

  • Revalorisation de l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA) à 903€
     
  • Amélioration de l’accès aux soins grâce à la mise en place du reste à charge zéro
    Dans les secteurs optique et dentaire, ce dispositif permet le remboursement intégral par la Sécurité sociale et les complémentaires santé de certaines lunettes, prothèses dentaires et aides auditives.
     
  • Augmentation et élargissement de la prime d’activité
    Cela représente une augmentation de 1000 € par an et désormais ce sont près de 5 millions de foyers qui sont éligibles (contre 3,8 millions auparavant).
     
  • Revalorisation des pensions des retraités modestes en les réindexant sur l’inflation dès 2020
    La revalorisation des pensions de base est intervenue dès le 1er janvier 2020 sur le niveau d'inflation pour les retraités modestes percevant moins de 2.000 euros bruts par mois.
     
  • Généralisation des Maisons de service et d'accueil du public
    Elles facilitent l'accès à l'information et offrent un service de proximité de conseil, d’information et d’accompagnement pour réaliser les démarches de la vie quotidienne.
       > A Bordeaux , une Maison de service et d’accueil du public a ouvert, cours de la Marne. Une association qui regroupe la Ville de Bordeaux, de grandes entreprises et organismes de service public (EDF, Kéolis, La Poste, SUEZ, Gaz de Bordeaux, ENEDIS, Domofrance, Pôle Emploi et la CAF).

Nous avons créé les outils nécessaires pour lutter plus efficacement contre les violences conjugales

  • Relèvement du délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs de 20 à 30 ans
     
  • Introduction d’une infraction pour outrage sexiste pour lutter contre le harcèlement de rue 
    La France est le premier pays du monde à le faire.
     
  • Introduction d’un index de l’égalité femme-homme obligatoire pour mesurer les inégalités de sexe
    Toutes les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier chaque année, au plus tard le 1er mars, leur index de l’égalité professionnelle.

Nous avons engagé la France dans la transition écologique

Nous avons adopté des mesures concrètes qui  accompagnent  et  encouragent  les  changements  de comportements indispensables  pour  protéger notre environnement. 

  • Fermeture  des centrales à charbon en France d’ici 2022
     
  • Atteindre 15% de surface agricole en bio d’ici 2022
     > En Gironde,  fin 2019, 26 247 hectares étaient désormais cultivés en agriculture biologique, ou étaient en cours de conversion. C’est 42% de plus qu’en 2017.
     
  • Interdiction progressive des emballages plastiques à usage unique
    L’interdiction du plastique s'étend désormais à de nouveaux produits plastiques dits « à usage unique » : vaisselle jetable, bouteilles d'eau en plastique dans les cantines scolaires, et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires, cotons-tiges en plastique.
     
  • Interdiction de la destruction des invendus non-alimentaires
    Tout en privilégiant le réemploi, la réutilisation ou le recyclage, notamment par le don des produits de première nécessité à des associations de lutte contre la précarité et des structures de l’économie sociale et solidaire. 
     
  • Création d’un indice de durabilité contre l’obsolescence programmée
     
  • Création d’un forfait mobilité durable pour les salariés
    Cela permet aux salariés de verser jusqu’à 400 € aux salariés se rendant à leur travail en vélo ou en co-voiturage.
     
  • Accompagnement des ménages les plus modestes grâce aux "chèques énergie"
    Nous avons élargi le nombre de bénéficiaires pour lutter contre la précarité énergétique et accompagner les ménages les plus modestes dans la transition écologique. La lutte contre le réchauffement climatique ne peut se faire sans justice sociale. 
       > En Gironde, 128 431 personnes bénéficiaient en 2019 d’un chèque énergie, pour un montant moyen de 200 euros. 

Nous avons facilité la vie et les projets des entreprises

Dès le début du quinquennat, nous avons mis en place une série de mesures pour accompagner les entreprises et leur simplifier la vie, en particulier les TPE, PMEs et les futurs créateurs d’entreprise. Les premiers effets se sont fait ressentir dès 2018 : +17% de création d’entreprises en 2018 par rapport à 2017. En 2019, 120 000 nouvelles entreprises ont été créées par rapport à 2018.

  • Simplification des démarches et création d’un guichet unique électronique pour la création et la vie des entreprises
  • Augmentation du seuil pour les marchés publics sans formalités pour soutenir nos PME/TPE
    Le seuil à partir duquel les acheteurs publics sont contraints de procéder à une publicité et à une mise en concurrence est relevé de 25 000€ à 40 000€.
     
  • Suppression du forfait social afin de favoriser le développement des dispositifs d'épargne salariale
    Le forfait social est supprimé sur l'intéressement, pour les entreprises de moins de 250 salariés, et sur la participation et l'abondement employeur pour les entreprises de moins de 50 salariés. Une mesure pour davantage associer les salariés à la réussite collective.
     
  • Nous poursuivons la baisse de l’impôt sur les sociétés pour atteindre 25% d’ici 2022.
    Le niveau d’imposition est trop élevé dans un contexte de concurrence mondiale. Nous opérons une transformation du CICE en baisse de charges et une diminution progressive de l’'impôt sur les sociétés de 33% à 25% pour s’aligner sur la moyenne européenne.

Nous avons développé l'apprentissage pour donner des qualifications et un emploi à tous nos jeunes

La loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel", promulguée le 5 septembre 2018, réforme notamment l’apprentissage en renforçant son attractivité et en le développant à tous les niveaux de qualification.

  • Un choc de simplification pour ouvrir un CFA 
    Il est désormais plus facile d’ouvrir un CFA (centre de formation d'apprentis), sans l'autorisation des régions. En 2019,  554 demandes d'ouvertures de CFA ont émané de branches professionnelles, de collectivités, d'organismes de formation mais aussi d'entreprises de différents secteurs (Accor, Adecco, Safran, Nicollin).
     
  • L’entrée en CFA est assouplie pour les jeunes
    La limite d'âge est repoussée de 26 a 30 ans et il est possible d'entrer en cours d'année.
     
  • Des conditions améliorées pour les apprentis
    Il y a à la fois de meilleures conditions d’emploi (exemple : plus de 18.000 apprentis ont bénéficié de l’aide de 500 euros pour passer le permis de conduire) et plus de flexibilité (dérogation de la durée de travail des mineurs, fin du recours obligatoire aux prud'hommes en cas de rupture du contrat).

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion